Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 17:00

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu inventes. Tu ne sais rien. Tu crois savoir. Tu sais tout. Tu as toujours raison. Tu veux toujours avoir le dernier mot. Tu sais tout. Tu ne sais rien. Ce qui n'est pas, n'est pas. Même en se forçant. C'est si difficile à entendre? Tu inventes. Ce qui est, tu ne l'acceptes pas. Tu n'acceptes pas ce qui est. Tu ne l'acceptes pas. Tu inventes des histoires. Imagine à quel point elles n'existent pas. Dans ton imagination. Tu sais tout. Tu ne sais rien. Tu inventes. Tu te prends pour un aigle quand tu pointes ton nez hors de cette terre qui t'aveugle. Tu peux tomber à terre. Tu seras assis sur ta chaise. La force de gravité maintiendra ton corps en place. Tu te jetteras dans le vide. Ça n'est pas haut. Au bas de ton lit. Tes pieds seront à terre. Tes pieds sur terre. Ton lit est un bateau. Tu partiras en voyage. Tu ne reviendras pas. Tu ne reviens pas, ne reviens jamais.

Published by Jamaisvertige - dans la curieuse compagnie
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 17:25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À un certain point, tout semblait s'arrêter et se figer. Cela ressemblait à l'idée que l'on se faisait de l'ennui parce qu'à ce point, précisément, il n'y avait plus que des idées, des images et rien qui ne soit réel, rien qui n'ait la densité du corps inanimé de ma mère lorsque j'allai la voir dans le sous-sol glacé de la clinique de la Reine-Blanche. Ici tout cela bougeait mais cela n'était rien et rien n'existait pas non plus. Les mots encombraient la candeur de cet instant aride, abrupt, qui dégringolait tout à coup dans un espace nouveau qui se heurtait à l'apparence de l'espace ancien. Ne pas avoir d'idées, ne pas s'inquiéter, ne pas penser à l'instant d'après, se tenir ici et là accroché à sa respiration comme au dernier fil vivant. Derrière les projections qui m'aveuglaient, il n'y avait que l'amour. Le reste, on l'oublierait.

Published by Jamaisvertige - dans la curieuse compagnie
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 18:11

 

 

 

 

 

 

 

 

On croit avoir escaladé un versant mais on n'a pas commencé à franchir les premiers mètres. On est déjà épuisé. On n'aperçoit même pas - de loin on pourrait - la cime qui se perd derrière de lourds nuages immobiles. Très vite le brouillard arrive et s'épaissit, il faut poursuivre à l'aveuglette: on suit le sentier que l'on reconnaît sous ses pieds car on les voit encore. Et pas à pas, on avance, avec courage et en y mettant toute la foi dont on se sent capable, car on a de la foi à revendre! Alors on marche et on ne perd pas de vue ses propres pieds sans quoi on risquerait de perdre le corps entier en ces régions hostiles, ce qui ne ferait pas notre affaire, au contraire. Et puis tout à coup, c'est le désespoir, l'épuisement, physique et moral, un doute surgit, ce voyage en vaut-il la peine? A-t-on choisit la bonne saison? Est-on suffisamment en forme pour arpenter les côtes escarpées des reliefs terrestres? Tant de questions! Vaines toutefois. Parce qu'en réalité, il n'y a pas de montagne du tout.

Published by Jamaisvertige - dans la curieuse compagnie
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 15:06

 

 

 

 

 

 

 

Au beau milieu de cette foule disparate, elle était immobile et dévorait du regard la femme qui était apparue sur l'estrade. Un rideau jaune pendait sur la gauche de la scène, les lumières étaient basses et l'atmosphère feutrée. On se serait cru au fond d'un océan où chaque son aurait pu prendre un tour imprévisible, anéanti ou dilaté par l'élément liquide et de fait, chacun se taisait. La femme ferma les yeux et son front rougit.

- Dans le tiroir de gauche, dans la commode qui se trouvait dans le bureau de votre père, vous aviez usage de cacher la petite clé qui ouvrait un coffre en ébène qui vous venait de votre mère.

La stupeur qu'elle éprouva lui permit de sentir voyager vers elle son enfance comme si elle eût été enfouie tout entière dans cet instant ouaté. Ça n'était pas tant que l'assertion fût vraie à la surprendre mais plutôt que tous les instants passés lui semblaient en regard avoir été isolés les uns des autres et qu'elle les délivrait comme d'un enchantement qui les avait tenus cloisonnés. Sa vie vivante au creux de ce corps qui était son véhicule avait un sens qu'elle ignorait mais cette ignorance-même en cet instant avait épousé l'évidence que tout était su et que le secret ne résidait pas dans les circonstance mais se trouvait derrière, toujours derrière.

Published by Jamaisvertige
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 18:02

 

 

 

 

 

Il s'assit près du bord et baissa les yeux. Ils rencontrèrent ses mains qui lui firent baisser les paupières. Tout allait bien, décidément bien. Le désastre en cours ne le concernait que latéralement, ou mieux, ne le concernait pas du tout. Et pourtant, songeait-il en réouvrant les yeux sur ses mains, et pourtant, il devait être possible de faire coïncider la périphérie et le centre, il devait être possible de n'avoir plus de périphérie du tout, plus de désastre qui concerne ou non aucun centre, plus de désastre tout court. Il ferma les yeux à nouveau. Des passantes riaient : "Tu comprends, il m'a dit qu'il aimait les femmes un peu vulgaires, qu'il ne savait pas pourquoi, peut-être parce qu'il devait pouvoir les dominer et les mépriser d'une certaine façon?" "Rien que ça? Qu'il se soigne!" "Tu m'étonnes! Je ne le lui ai pas dit mais qu'il aille au Diable!".

Published by Jamaisvertige - dans la curieuse compagnie
commenter cet article